Conseils RH

Une bonne nouvelle : 2030 is the new 80s 

 

80% des emplois de 2030 n'existent pas encore.

Ça c'est une bonne nouvelle pour les moins de 30 ans.

Je dis souvent « Cherchez un problème à résoudre et vous aurez déjà un emploi. N'attendez pas d'être payé pour ça. Vous aurez plusieurs coups d'avance ».

Chacun peut dessiner son emploi. Le calibrer à la hauteur de ses aspirations et de sa vision pour un monde meilleur. 

Salarié, slasheur, freelance, entrepreneur, entrepreneur social... Vous avez plus de choix qu'il y a 40 ans. Même avec des moyens limités, il y a plus de possibilités pour créer sa voie professionnelle.

Ces métiers n'existaient pas il y a 15 ans : Chief (ou People) happiness officer, big data architect, innovation architect, App developer, UX/UI (user experience/interface) designer, data scientist, influencer, community manager.

Le label "the great place to work" ou «entreprises où il fait bon travailler» n'existait pas avant et aujourd'hui, dans tous les continents, des entreprises relèvent ce challenge. Et pourtant la première idée date de 1981.

Toute révolution industrielle a toujours deux faces : une face destructive pour les emplois existants et une autre créatrice pour les nouveaux emplois.

Apprendre tout le long de la vie est déjà une nécessité. Éviter que nos compétences soient obsolètes en est le pourquoi. 

Tous les métiers qui existent ont été inventés par des humains. Parce qu'à un moment, des gens ont commencé à faire autre chose, à faire différemment, puis à le conceptualiser. 

Vous pouvez créer votre métier de A à Z et des millions de under 30 dans le monde sont en train de le faire. Quels que soient les métiers. Sur tous les continents.

80% des postes à pourvoir ne sont pas publiés

Quel secteur a un problème pour vous ? Parlez-en autour de vous et vous pourriez être recommandé.

Une candidature spontanée, c'est entreprendre ses idées dans un entreprise.

80% des postes ne sont pas publiés (ce n'est pas une exception française).

Avec une candidature spontanée, vous êtes libre de dessiner complètement votre fiche de poste : ce que vous souhaitez faire, comment et le résultat escompté. 

Augmentez vos chances d'être au bon endroit, au bon moment avec le bon décideur. Les entreprises ont parfois des besoins dormants qui émergent lors d'une rencontre. 

Publier une offre coûte de l'argent. Il faut publier sur plusieurs jobards.

Sans garantie de trouver le bon candidat.  
Les recrutements ratés sont nombreux.

Les abandons de CDI en première année aussi.

Ce qui freine beaucoup d'entreprises .

D'où la préférence au réseau sur ce marché caché de l'emploi.

Credit : Samuel Seller/Unsplash


 

Conseils RH de Jack Ma

 

De l'homme d'affaires chinois Jack MA

« Si vous avez moins de 30 ans, assurez-vous d’avoir un grand boss pour vous apprendre.
Entre 30 et 40 ans, commencez à travailler pour vous.
De 40 à 50 ans, faites les choses dans lesquelles vous excellez.
Entre 50 et 60 ans, travaillez pour la jeune génération.
Au-delà de 60 ans, passez du temps avec vous-même. »

Credit : Getty Images/Inc.com


 

Pourquoi avez-vous choisi notre entreprise ?

johanna-buguet-unsplash.jpg
 
Cela ne fait aucun sens de recruter des gens intelligents puis de leur dire ce qu’ils doivent faire.
Nous recrutons des gens intelligents pour qu’ils nous disent ce que nous devons faire.
— Steve JOBS

Une entreprise vous sélectionne. Vous la sélectionnez aussi. Vous vous sélectionnez mutuellement. Il est donc important d’identifier et d’apprécier au fil du temps les raisons pour lesquelles vous l’avez sélectionnée.

Ceci est d’autant plus important qu’en France par exemple, une gestion en amont des compétences existe seulement dans 15% des entreprises et est essentiellement le fait des grandes entreprises. C’est une des informations clés que vous pouvez lire dans le rapport du groupe de travail n° 4 du Réseau emploi-compétences de France Stratégie publié en août 2017.

15% des entreprises ont une gestion en amont des compétences. Ce sont en majorité les grandes entreprises.

Cette donnée explique aussi en partie pourquoi l’expérience, la capacité d’adaptation ou la polyvalence prévalent dans de nombreux postes à pourvoir. En effet, de nombreuses entreprises ne parviennent pas à gérer le futur de leurs collaborateurs une fois en interne. Aussi, si l’entreprise ne le fait pas, vous pouvez le faire vous-même, soit avoir une vision de votre futur : qui vous souhaitez devenir, le problème que vous souhaitez résoudre, la mission que vous vous donnez. Ainsi, vous saurez de manière autonomme vous poser de bonnes questions chaque jour et, de manière autonome définirez le continum de connaissances et d’actions nécessaires pour créer votre meilleure place professionnelle.

 On n’acquiert pas une expérience seulement en travaillant au sein d’une entreprise, mais en utilisant son temps pour donner vie à une idée, seul(e) ou à plusieurs. De nombreuses missions en interne peuvent aussi être réalisées de manière autonome. D’ailleurs quand vous analysez les parcours de nombreux entrepreneurs, certains ont lancé leur projet d’entreprise en observant un problème récurrent dans la société ou grâce à un constat personnel : Bla Bla Car, Leetchi, Apple ou encore Gifted Mom et Himore Medical pour l’Afrique. 

 

Vous pouvez devenir le capitaine de vos expériences professionnelles

Et ne jamais être à court d’idées quand vous considèrerez votre vie professionnelle comme une entreprise.

Si vous êtes à la recherche d’un emploi, vous pouvez aussi adopter cette approche. En allant à un entretien, vous aurez beaucoup plus de choses à dire et de questions à poser qu’un candidat qui n’a pas entrepris la même démarche. Entre votre dernière expérience en entreprise et la prochaine, il n’y aura aucun temps mort.

Quand il s’agit d’accomplissement de soi au travail, une approche contre-intuitive libère le génie individuel.  

 Personne ne prendra mieux soin de votre futur professionnel que vous. Parce que personne ne sait mieux que vous qui vous êtes et qui vous pouvez devenir. Nous passons beaucoup d’heures de vie à travailler. Si ce travail n’a pas de sens, ou ne nous nourrit pas intérieurement ou encore n’a pas un impact positif pour d’autres personnes, notre quête d’utilité sociale s’en trouve freinée.  

La meilleure façon de décider ? En choisissant une entreprise qui a plus de questions à vous poser et est à la quête de sa propre raison d’être unique que celle qui vous dira quoi et comment faire.

Vous avez le choix. Toujours.

Photo by Johanna Buguet on Unsplash


 

Transformez vos entretiens d'embauche

Transformez-vos-entretiens-d-embauches.jpg
 


  • Parlez moins de vous. 

  • Posez plus de questions. 

  • Laissez le recruteur s’exprimer plus. 

  • Soyez curieux. 

  • Ayez le désir d’aider. 

  • Trouvez de la passion et du challenge dans le poste à pourvoir.

  • Imaginez un meilleur futur, ensemble.

  • Soyez ambitieux pour vous deux. L’entreprise et vous.

 

Souvent, nous sommes arrivés à un entretien pensant plus à nous-mêmes au lieu d’avoir toute notre attention focalisée sur le recruteur. Le recruteur est une personne physique ou morale qui a un problème à résoudre. Et l’entretien, un espace-temps pour illustrer votre intérêt. Le but n’est pas d’avoir un emploi, mais d’exprimer votre capacité, votre volonté et votre désir de résoudre ce ou ces problème(s).  

Le recruteur est en réalité un client.

Il en possède toutes les caractéristiques . Un problème ou un besoin. Une vision de l’avenir. Des enjeux à maîtriser. Un budget estimé. Une décision d’achat ou d’investissement à prendre.

Ne venez pas en candidat, mais en professionnel. Quel que soit votre nombre d’années d’expériences.

Rassurez le recruteur est une étape clé de l’entretien. Soyez honnête avec vous-même. Si vous n’avez pas le profil souhaité, dites-le en amont dans votre candidture. De nombreuses entreprises émanent de personnes qui n’ont jamais terminé leurs études (Steve JOBS ou Marc ZUCKERBERG) et qui ont même entrepris dans un domaine différent de leur champ d’études et de formation (Elon MUSK).

 

Montrez que vous avez compris les enjeux du poste.

Que vous n’écrivez pas par hasard. Que le secteur, l’entreprise, les missions du poste sont en harmonie avec ce que vous souhaitez devenir. En clair, que ce poste à pourvoir est le prolongement d’une problématique que vous vous êtes engagé à résoudre pour rompre le statu quo. Soyez dans l’instant présent, dans les challenges du poste et la possibilité pour vous d’exprimer votre génie.

Les employeurs veulent être sûrs de recruter des personnes uniques prêtent à libérer leur génie dans un poste. Ils sont prêts à payer le meilleur prix (revenus) pour ainsi diminuer les risques d’un recrutement raté. Ils cherchent quelqu’un qui saura, saura faire et saura être.Si votre engagement n’est pas émotionnel dans une canditure, vous aurez des difficultés à instaurer et  à maintenir la confiance lors d’un entretien.

Les gens se rassurent avec la logique, mais ils prennent leur décision selon leur ressenti,  ce que vous avez laissé voir de vous : 


Qui vous êtes, 

Vos valeurs, 

Votre vision de la vie professionnelle, 

La promesse que vous faites,

La mission que vous vous êtes donné bien avant cette opportunité,

Les problèmes que vous avez déjà eu à résoudre par vous même de A à Z, 

Votre proactivité et sens d’initiaive.

 Si vous êtes plus à l’écoute au cours d’un entretien, vous pourrez capter les interdits, le vrai message entre les lignes.


Voyez vos interlocuteurs en entretien comme les ambassadeurs de leur organisation.

Cherchez  où se trouvent leur joie, leur motivation à rester dans leur entreprise.  Demandez- leur : 

  • De quoi ils étaient le plus heureux et d’où venait leur joie intérieure dans leur travail ? 

  • Ce qui les inspirait le plus et les rendaient le plus créatifs dans leur travail ? 

  • S’ils devaient quitter leur organisation quels sont les 3 aspects qu’ils seraient le plus tristes de quitter ?

 

À l’aide de votre intuition, vous identifierez l’environnement qui dynamise votre énergie et votre créativité, élargit votre zone de confort et vous aide à grandir.

 

Photography by Tim Gouw on Unsplash