Apprécier votre valeur

Apprecier-votre-valeur.jpg
 

La valeur n'a rien à voir avec le temps passé à faire quelque chose, mais tout à voir avec l'impact que crée votre activité; ce que vous faites gagner en temps et en argent, ce que vous faites diminuer, accélérer ou augmenter etc. 

Si vous estimez ne pas être rémunéré/e à votre juste valeur, voici quelques conseils à tester :

1. Estimez déjà votre valeur

Et demandez-vous si véritablement vous êtes en train de donner le meilleur de vous-même. Augmentez votre service mois après mois.

2. Définissez les conditions salariales

Que vous souhaitez pour donner le meilleur de vous-même, soit un brut avec une partie fixe et variable. Et commencez d'abord par donner le meilleur de vous-même sans conditions pour une raison simple : vous créez un effet d'expérience à utiliser comme point de négociation lors des bilans annuels.

3. Parlez-en à votre boss le jour J.

C'est là où donner le meilleur de soi avant est un avantage : vous irez en négociation avec des preuves de votre engagement, et motivation, deux points qui demeurent des points d’investissement dans de nombreuses entreprises dans le monde.

4. Identifiez d'autres entreprises qui sauront apprécier votre valeur

Vous travaillez vraiment pour vous, pas pour quelqu'un d'autre. Soit une organisation stimule votre génie et votre raison d'être unique, soit elle l'éteint. Mais pour qu'elle y arrive, vous devez y consentir. De nombreuses personnes préfèrent subir plutôt que prendre des risques et sacrifier quelques mois ou années pour réaliser leurs rêves. Mais au crépuscule de notre vie, nous voyageons avec nos souvenirs et ce que nous avons fait des 80 000 heures - et plus - dédiées à la vie professionnelle. J'ai cru comprendre que tout ce que nous construisons reste sur place. Zéro "à emporter”. Changez d’abord en personne, puis changez votre organisation si vous pouvez et si vous ne pouvez pas, changez d’organisation.

5. Offrez-vous un accompagnement.

Offrez-vous les services d'une personne qui vous apprendra à negocier vos conditions salariales et à vous valoriser. Les hommes parfois sont plus doués que les femmes en négociation. Et avec la réalité des discriminations, nous craignons parfois de donner notre opinion. En outre, la plus grande erreur que nous faisons est de regarder les tranches de salaires pour tel ou tel métier et de s'y coller. Je l'ai fait en tant que salariée aussi. Le salaire et les charges salariales sont des charges de personnel et au salarié de fournir ce qui contribue au chiffre d'affaires de l'entreprise, à la fidélisation des clients et aux bons partenariats. 

Si je me fie à mes expériences de salariée, je dirai que l'employeur n'est pas l'ennemi et il faut aussi le comprendre, il paye avant d'avoir le résultat. De même, celui qui connait sa raison d'être unique choisit de travailler dans son environnement idéal. Avec des compromis à faire et des non négociables à définir.

Un employeur est un client. Traitez-le comme un client et vous monterez en puissance sans attendre qu'on vous stimule. Et choisissez bien votre client pour lui offrir le meilleur de votre créativité et reprendre la moitié du pouvoir de négociation.



Le pouvoir est dans les questions

Salarié ou à la recherche d’un emploi, même si votre secteur n’est pas l’optique ou la banque vous avez envie de savoir qui sont vos Warby Parker, Coco Leni et Sensee; mais aussi vos N26, Revolut ou Monzo. Dans ces entreprises, les gens qui y travaillent et qui vous ressemblent se sont posés d’autres questions.

Les questions mènent à la curiosité, à l’imagination, à la remise en question et à de nouvelles idées. Et dire que 80% des emplois de 2030 n’existent pas encore, ç’est dire que vous avez vraiment la possibilité de changer le statu quo.

Photography by Markus Spiske on Unsplash